Les Perles de verre - Atelier Etincelles

BIENVENUE !

Vous aimez les bijoux originaux et uniques ?
Vous êtes à la bonne adresse !

Une fois par année, l'Atelier Etincelles
ouvre ses portes au public pour des visites
et des démonstrations, la prochaine fois
au printemps 2020.

Vous pouvez également voir de près
les bijoux et les dernières créations de
l'Atelier Etincelles à l'occasion d'expositions
et de marchés artisanaux, principalement
en Suisse romande. La prochaine exposition
aura lieu à l'occasion du Marché artisanal
d'Yverdon, les samedis 3 août et 5 octobre 2019
de 08h à 16h à la rue du Four, vieille ville.

Vous trouverez aussi nos créations à
l'Exposition artisanale dans le château d'Yverdon
les 2 et 3 novembre 2019, matin et après-midi.
Aller au contenu
  
    Ma passion: les Perles de verre, une histoire
La fascination verre
    Le verre n’est pas une substance en elle-même, mais le résultat d’une fusion de différents éléments, tels que du sable fin contenant un pourcentage élevé de quartz, du calcaire et du carbonate de sodium, chauffés dans un four de fusion à une température comprise entre 1’300 et 1’550°C.
Pour obtenir les couleurs, on y ajoute des substances comme le cuivre, l’argent, l’or, le chrome, le nickel, le cobalt, le manganèse, le sélénium, etc.

Les Perles de verre
Les premières Perles de verre furent découvertes au Moyen-Orient (Mésopotamie et Égypte) et datent de 3’500 ans av. J.-C. Elles servaient avant tout de moyen de paiement, mais très rapidement aussi de bijoux en raison de leur beauté fascinante. Par la suite, la technique des Perles de verre s’est répandue tout autant en Asie qu’en Europe.

La création d’une Perle de verre
De nos jours, on utilise des baguettes de verre colorées, opaques ou transparentes, avec un coefficient de 104 (Softglass). On les présente dans la flamme d’un chalumeau à double alimentation -gaz et oxygène- et lorsque le verre atteint son état malléable (entre 800 et 1100°C) et devient quasiment « liquide », on le roule sur un mandrin en acier préalablement enduit d’une substance nommée « séparateur », laquelle permet à la fin du processus de retirer la perle du mandrin. C’est d’ailleurs le diamètre de ce dernier qui détermine le diamètre de l’orifice de la perle.

Une fois la perle de base constituée et pendant qu’elle est encore chaude, on applique des décorations: feuille d’argent, de cuivre ou d’or, et/ou ornements avec des « Fils de verre »  préparés d’avance (Stringer, Twisty, Latticino) etc. Pour terminer et si  cela n’a pas été fait avant, on lui donne sa forme définitive: perle ronde, donut, pastille, lentille, rouleau, cœur, olive, etc.

Selon la complexité de la perle, sa création peut durer de 10 minutes à plus d’une heure. Ainsi, chaque perle est le produit d’un travail minutieux et créatif, donc une pièce unique.

Cette dernière est ensuite déposée dans un four de recuisson à environ 490°C qui se refroidira lentement pendant 6-8 heures jusqu’à la température ambiante, afin d’éviter que le verre se fende ou pire, éclate, car il ne supporterait pas le choc thermique d’un refroidissement abrupt.
.
Retourner au contenu